Dans Changements climatiques

Dimanche dernier, dans le stationnement d’un supermarché. J’ouvre le coffre, prêt à saisir mes sacs réutilisables. Il n’y a que ça à la maison, des sacs réutilisables. Le placard du rez-de-chaussée est encombré de sacs réutilisables de toutes les tailles, couleurs et provenances.

J’ouvre le coffre de la voiture et – vous ne devinerez jamais la suite – je ne trouve AUCUN sac réutilisable. Je reste interdit, les bras ballants, devant le coffre ouvert. Est-ce que je retourne à la maison chercher mes sacs ? Est-ce que je renonce à faire le marché ? Non. Je prends un panier et je parcours les allées.

J’arrive à la caisse, l’air de rien, évitant tout contact visuel. Le caissier, malgré mes efforts, remarque que je n’ai pas déposé sur les pots de beurre d’arachides et de yogourt sans lactose de précieux sacs réutilisables. J’ai l’impression qu’il me toise, un point d’interrogation suspendu à ses lèvres. Je brise le silence. « Ouain… C’est parce que j’ai oublié mes sacs ! »

Mon langage corporel se confond en excuses. Le caissier tente de me rassurer, mais pour une raison hors de toute logique, je me sens jugé. Mes yeux fixent l’écran au-dessus de la caisse. Je constate que les sacs en plastique coûtent 30 cents l’unité. Il y en a si peu que l’emballeur en réclame d’autres à un collègue. Sans piper mot, il semble lui dire : « Ouain… C’est parce que ce monsieur qui n’a aucune conscience environnementale a oublié ses sacs ! »

Je jette un coup d’oeil dégoûté sur la mer de sacs en plastique qui inonde mon chariot, en tendant ma carte de crédit au caissier. C’est alors qu’il me demande, sur un ton très neutre : « Voulez-vous aider les enfants de Sainte-Justine ? » Je sens son regard, ainsi que celui de l’emballeur, peser soudainement sur ma conscience et je réponds : « Non. »

J’effectue un virage très sec vers la droite – ce n’est pas une métaphore – avec mon panier et je sors au plus vite du supermarché. J’ai besoin d’air frais.

Et accessoirement de me justifier d’avoir déclaré sans hésitation que je n’ai pas l’intention de porter secours à des enfants hospitalisés, mais que je ne vois aucun inconvénient à polluer Gaïa, notre mère nourricière, la terre de matière plastique.

Depuis le début de la journée, je me fais traiter de « Grinch » en raison d’une chronique publiée dans ces pages sur mon manque d’enthousiasme pour cette affligeante tradition de Noël : s’offrir des cadeaux. Je me sens mal, coupable, dans la peau d’un pollueur peu solidaire. Un peu plus et je franchirais un piquet de grève, une bouteille de vin hongrois à la main.

Heureusement, je tombe quelques jours plus tard sur le reportage d’un confrère de Radio-Canada, Dominic Brassard, intitulé « Une compensation carbone comme cadeau de Noël, ça vous dit ? ».

Jusqu’à tout récemment, pour être franc, ça ne me disait rien. J’avais vaguement entendu parler du concept. Puis il y a quelques semaines, un ami discret dont je tairai le nom – il est par ailleurs éditorialiste en chef du « plus grand quotidien français d’Amérique » -, m’a confié qu’il venait justement de compenser les émissions de carbone d’un voyage à l’étranger qu’il s’apprête à faire. F. le faisait bien avant que ce ne soit « à la mode ». Non seulement il compense ses émissions de CO2, mais il double aussi la mise. Sinon, on ne fait qu’annuler ses émissions, dit-il, alors qu’il importe de les réduire.

Et si, plutôt que d’acheter une bouteille de vin hongrois au beau-frère, un écolo de la première heure qui préfère le transport actif, même à- 18 oC, à toute empreinte écologique, je lui offrais une compensation carbone pour son prochain voyage ? Pas seulement pour me donner bonne conscience (hum !), mais pour faire un geste concret envers la protection de l’environnement.

Et pourquoi pas en acheter pour moi-même ? Je sais bien que des habitudes, ça se change. Il y a un an, je ne compostais pas. Je ne m’imaginais pas composter. C’est devenu obligatoire dans mon quartier et depuis, mon sac poubelle hebdomadaire ne fait plus que la moitié, sinon le tiers de sa taille d’autrefois.

Les habitudes, ça se change. Or, je voyage, et je n’ai absolument pas l’intention de cesser de voyager. Désolé pour les verts de la branche radicale, mes plates excuses aux plus zélotes des signataires du Pacte pour la transition, mais partir à l’étranger pour se reposer, se ressourcer, se cultiver ou aller à la rencontre d’inconnus et de l’inconnu est quelque chose qui me tient trop à coeur pour que j’y renonce.

Voyager en avion, malheureusement, c’est très polluant. En matière d’émissions de gaz à effet de serre, un voyage aller-retour en Europe équivaut peu ou prou à une demi-année de consommation d’essence d’une voiture économique. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de se procurer un certificat de compensation carbone, qui « annule » en quelque sorte les émissions de CO2 de son voyage.

Un crédit carbone certifié, dont le coût varie généralement entre 30 $ et 50 $, correspond à l’émission d’une tonne de CO2, soit environ l’équivalent d’un vol aller-retour pour Cuba. Les crédits carbone peuvent être achetés sous forme de chèques-cadeaux, au profit d’organismes qui encouragent différentes initiatives écologiques (en plantant des arbres ou en implantant la géothermie, par exemple).

Il est important de choisir des organismes qui proposent des crédits carbone certifiés, car certains, selon les experts, sont beaucoup plus fiables que d’autres (le projet Carbone boréal, Solutions Will, Compensation CO2 Québec et Planetair, notamment). Et pour passer un temps des Fêtes pleinement écoresponsable, sans sentiment de culpabilité, un dernier conseil : n’oubliez pas vos sacs réutilisables en allant au supermarché.


Consulter l’article

D'autres nouvelles